« Penser dérange » Fernando PESSOA

« Penser dérange car cela prend du temps. Et parce que cela remet en question non pas l’action en elle-même, mais ces mobiles, ses objectifs. Beaucoup agissent sans vraiment penser : on a pensé à leur place, ils suivent sans réfléchir. Ils obéissent sans avoir conscience d’obéir (aux valeurs, aux règles, aux modes, etc)… Donc sans pouvoir désobéir, sans vraie liberté. Or penser par soi-même, c’est justement désobéir, clasher l’autorité pour vérifier sa légitimité, bousculer l’ordre établi, discuter « l’indiscutable » ; Surprendre notre conformiste et nos préjugés. Oui penser dérange car cela nous libère, et qu’il n’y a pas plus encombrant que la liberté. Mais pas plus jouissif non plus pour ceux qui s’y habituent et pour lesquels penser démange »

Extrait du livre « Tous philosophes » de Vincent Cespedes.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :